Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

Profil

  • Sentinelle & Squaw
  • Réalistes
 Daniel: Bon vivant,Hédoniste
 Aurore: Réservée,Carpe diem
 Nos expressions: 
 Daniel:-vouloir c'est pouvoir -Petit à petit l'oiseau fait son nid -qui aime bien châtie bien.
 Aurore:-qui tente rien n'a rien -qui vivra verra
  • Réalistes Daniel: Bon vivant,Hédoniste Aurore: Réservée,Carpe diem Nos expressions: Daniel:-vouloir c'est pouvoir -Petit à petit l'oiseau fait son nid -qui aime bien châtie bien. Aurore:-qui tente rien n'a rien -qui vivra verra

Archives

21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 04:55

Hello les amis

 

Nous arrivons à la fin de notre escapade. Et oui ! Tout a une fin…

Nous espérons que ce blog vous a plu, et nous vous remercions d’avoir vécu nos aventures avec nous. Merci de nous avoir suivis. Merci pour tous vos « commentaires » aussi sympathiques et agréables les uns que les autres.

Notre escapade se termine là, et notre blog aussi.

 

Nous vous faisons autant de bisous qu’il y a de kilomètres qui nous séparent : 22 000 … pas un de moins !

 


     


A très bientôt à tous

Bye bye

 

 

THE END

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 03:23

Dimanche 10/05 : L’îlot Ténia.

 

Nous sommes partis pour la journée avec la compagnie « Bout d’brousse ». Départ à 09h dans un gros zodiac, avec un groupe de 15 personnes. Des Québécois. C’est toujours marrant de les entendre parler ; surtout en Calédonie . Le trajet a duré 20 min.

Nous avons eu une belle journée d’hiver ! L’hiver en Calédonie, c’est 15°C le matin et 25°C l’après midi. Le soir, on sort la petite veste (même Dan) et la nuit on dort avec la couette. Si si, je vous jure, on arrive à avoir froid (ou frais en Calédonie). La différence avec la France, c’est que l’hiver Calédonien dure seulement 3 mois !

Donc, je disais, nous avons eu une belle journée.

Arrivé sur l’îlot, nous avons posé nos affaires sur l’emplacement réservé à Bout d’brousse. Dan et moi sommes partis faire le tour de l’île à pied. Elle n’est pas très grande : 5km de circonférence. Nous avons mis une 1 pour en faire le tour tout en s’arrêtant pour ramasser des coquillages en forme d’étoile de mer. Nous avons aussi croisé un « Tricot Rayé » qui a fait la joie de Dan. Il n’était pas très impressionnant ni très agile ; le Tricot Rayé n’est pas un serpent dangereux ou agressif, mais rien que de savoir qu’il est mortel, il vaut mieux garder ses distances. La mer était un peu agitée. Les vagues qui déferlaient sur la barrière de corail étaient énormes. La mer était à 25°C. Nous nous sommes baignés bien sûr ; mais se n’est pas aussi évident pour tout le monde. Les calédoniens sont frileux et si la mer n’est pas à 30°C, ils ne se baignent pas. Ils nous prennent pour des fous !

Nous avons pique niqué, puis Dan a fait la sieste, et moi un brin de bronzette.

Sur les coups de 14h, rassemblement général. L’accompagnateur propose de faire une sortie plongée avec masque, tuba et palmes. On y va. Dan plonge avec le groupe, et moi je reste sur le Zodiac avec 3 autres personnes. On avait l’impression qu’ils plongeaient dans une immense piscine. On a beau le savoir, je crois qu’on ne se lasse jamais d’une mer d’un bleu comme celui-là ! Dan prend des photos sous l’eau avec l’appareil aquatique jetable (je n’ai pas le plaisir de vous les montrer pour l’instant. On verra lors du développement de la pellicule). Il a vu 2 « requins pointe blanche » et une tortue. Mais qu’on n’aura pas en photos car à ce moment là, il avait fini la pellicule. Dommage…

La plongée dure en tout environ 1h. Ce qui est largement suffisant car ils sont tous sortie de l’eau frigorifié au bout d’une demi heure.

Nous repartons de l’îlot sur les coups de 16h.

Encore une belle journée qui vient de s’écouler. Nous rentrons avec des paysages et du soleil plein la tête (comme toujours).

Le Tricot Rayé


Un Corail échoué


Les coquillages "étoile de mer


Dan et l'accompagnateur


La mer vu du zodiac

Partager cet article
Repost0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 06:52

Hello à toutes et à tous

 

Ce dimanche 15/03, nous avions prévu de se faire « l’îlot Maître ».

Pas de bol. La météo avait prévu de la pluie pour tout le week-end. Du coup nous avons reporté notre projet et nous nous sommes consolés en allant visiter l’Aquarium de Nouméa. Heureusement qu’il existe parce qu’il est hors de question que je me mette à la plongée… malgré toutes les merveilles qu’on peut y voir !

Je n’ai rien de particulier à souligner, si ce n’est qu’il est petit mais sympa. Nous avons fait le tour en moins d’une heure.

Entre Tricots Rayés (serpent d’eau, le seul venimeux sur le caillou) et requins, je me suis dit que j’étais bien sur la terre ferme.

Voici quelques photos que j’ai le plaisir de vous faire partager… Enfin… pour ceux qui ne font pas de la plongée !


Cf : Album (probleme de publication d'image sur la page !)

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2009 6 28 /02 /février /2009 07:24

Dimanche 22/02

Après une sorti à la montagne, Dan suggère qu’on aille à la mer. Genre : un coup mer, un coup montagne. N’est-ce pas Harold et Fred ! Donc, il choisit la plage de Poé, la plus belle de la côte ouest. A environ 1h de Tontouta. Il parait qu’elle est très touristique avec ses kilomètres de plages de sable blanc, le bonhomme de la roche percée, et la baie des tortues.

Nous commençons par allez voir le bonhomme de la roche percée. Il y avait une dizaine de familles en train de pique-niquer. Ça ne parait pas beaucoup, mais pour ici, c’est énorme. Le site était tranquille et sympa, il y avait des vagues (c’est l’un des rares spots de surfeurs de l’île, sauf qu’on n’en a pas vu), mais il n’y avait pas de sable blanc. Donc, nous prenons quelques photos et nous repartons direction la plage de Poé 5 km plus loin.

La plage de Poé s’étend sur 17 kilomètres de sable blanc au bord du lagon bleu-vert. On n’en croyait pas nos yeux. Le sable blanc et la mer aussi claire qu’une rivière étaient bien au RDV. C’est la première fois qu’on trouve une plage exotique sans avoir besoin d’aller sur un îlot. Ah oui… je ne vous l’ai peut-être pas dit, mais des plages exotiques il n’y en a pas beaucoup sur le caillou.

Sur la plage, il n’y a pas beaucoup de monde. On n’a que l’embarra du choix pour se poser.

On passe une journée tranquille entre baignade, mots fléchés et sieste à l’ombre. Et non, je n’ai pas fait bronzette. La chaleur au soleil est insupportable. Donc, je suis toujours aussi blanche qu’une grenobloise en plein été. Ah la la ! Dur d’être au pays du soleil et de devoir vivre à l’ombre. Enfin presque. Parce qu’une fois dans l’eau, on choppe de bon coup de soleil sur les épaules. Et devinez la température de la mer !? Pas moins de 35°C. Si si, j’vous jure ! Pas un seul courant d’air froid pour se rafraichir ! Un truc de ouf ! Mais l’eau est tellement belle que nous y restons. La barrière de corail est à porté de main. Je dirais 2 km environ. Certains y vont, vu qu’on a pieds tout le long. Mais bon ! Pas nous. Pas question de faire 2 km dans l’eau en plein cagnard. Une autre fois peut-être !

Vers 16h, nous décidons de lever le camp. Sur la route, entre la plage de Poé et le bonhomme de la roche percée, il y a un chemin qui mène à la baie des tortues. Nous le prenons. Après une centaines de mètres, nous arrivons à un croisement. Soit on descend à la baie des tortues, soit on monte au belvédère. Nous choisissons de monté. Une fois arrivée en haut, on constate avec plaisir qu’on a fait le bon choix. On a une vue imprenable sur la baie des tortues et le bonhomme de la roche percée. Panorama idéal pour prendre des photos. Nous avions un horizon à 360°C sur la campagne et la mer. La baie des tortues est cernée par une forêt de pins colonnaires. Et là, Dan me sort un truc qu’il faut que je vous répète. Non, je ne suis pas moqueuse, mais je n’ai pu m’empêcher de penser à vous à ce moment là. Nath… écoute bien. Donc il me dit : « ils sont beaux c’est pins coloniales ! » Forcement j’ai rigolé. Il confond colonnaire et coloniale. Il n’a pas su m’expliquer la différence. Mais maintenant il sait. On dit « un pin colonnaire (colonne) » et « une maison coloniale (colonie) ». Ah la la ! On ne le changera pas !

Puis nous sommes rentrés à la maison contents de notre journée. Il est certain qu’à cette plage, on y retournera…

 

 Le bonhomme de la roche percée

Le lagon

La plage de 17 km

Une charmante méduse... il y en avait plusieurs bien sûr

Des petits piossons pas vraiment effrayés


Dan prend son bain... et oui... vu la température de l'eau...!

On s'amuse comme on peut à l'ombre d'un arbre en fleurs

Le bonhomme de la roche percée vu du belvédère

La baie des tortues vu du belvédère

La baie des tortues où Dan m'a fait rire...
Partager cet article
Repost0
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 13:06

Dimanche 15/02.

Pour notre première rando je choisi le « Pic Malaoui ». Une balade de 3 h aller / retour. Je préfère rester raisonnable vu que je n’ai pas fait de rando depuis le GR5 (été 2007), et que je ne sais pas comment je réagis à la chaleur Calédonienne, surtout après mon premier coup de chaud lors de notre balade à la Foa.

Sur la route pour aller au départ de la balade, j’ai vue une énorme toile d’araignée de 2 m de haut sur 2 m de large avec pleins d’étages. Elle m’a glacé. Brrrrr… J’espérais de tout coeur ne pas croiser les mêmes pendant la rando. Ne rigoler pas… je vous laisse voir la photo !

Au départ de la rando, l’itinéraire était assez bien marqué (présence de panneaux et marquage en jaune fluo) et n’a pas présenté de difficultés majeures. Dès le début du sentier, on s’est retrouvé dans une belle forêt primaire, abritant une flore endémique exceptionnelle. On était sur un sentier botanique.

Catherine (alias Catcye), on a eu une grosse pensée pour toi ; tu aurais adoré l’endroit.

Nous sommes passés a côté d’une ancienne passerelle effondrée qu’il a fallu contourner. Le chemin est devenu plus raide, et nous avancions progressivement dans une végétation dense. Dan c’est mis à transpirer comme jamais. Au bout de ses doigts il avait de grosses gouttes. Il fondait comme un bloc de glace au soleil. Moi, ça allait. Je ne transpire pas beaucoup en tant normal, et là, fidèle à moi-même, je me suis révélé être un vrai chameau ! Mais je vous rassure, j’avais le camelback avec moi. Mon seul problème c’est que je montais en apnée… et oui, je craignais de voir des grosses araignées. Mais heureusement pour moi je n’en n’ai pas vu étant donné que j’avais les yeux rivé sur mes baskets pour voir où je mettais les pieds.

Le sentier ne faisait que monter et descendre de façon très raide comme un escalier et dangereux à cause de la forêt très humide et glissante.

La vue a commencé à se dégager et on a aperçu le sentier sillonner sur la crête, avant de rejoindre le Pic Malaoui.

La toute dernière partie, pour accéder au sommet, était particulièrement raide… et glissante. Mais une fois arrivé en haut, pas de bol ! On n’a pas eu le plaisir attendu, c'est-à-dire d’avoir une vue magnifique qui s’étend du Mont Dore jusqu’à Païta, en passant par la presqu’île de Nouméa. En fait, à cause de notre départ tardif, nous sommes arrivés en même temps que le brouillard. On est parti comme des touristes, on a commencés la balade à 9h

D’après le guide, le Pic Malaoui, également appelé Chapeau de gendarme, est sans doutes le point de vue le mieux placé et le plus facile d’accès pour observer la ville de Nouméa et sa périphérie. Il dit aussi que par beau temps les couleurs sont magnifiques. Et qu’au loin, on peut apercevoir les nombreux îlots du lagon ainsi que sa barrière de corail. Il est aussi conseillé de partir le matin tôt, afin de bénéficier d’un ciel souvent plus dégagé.

On est parti par beau temps mais pas assez tôt pour apprécier la vue qui s’offre aux courageux randonneurs matinaux.

Tant pis pour cette fois. On a quand même vue de belles choses.

On partira plus tôt la prochaine fois qu’on la fera…

 

La grosse toile d'araignées

La passerelle effondrée

Une belle forêt primaire... et son primate

La montée d'escalier raide et glissante

Le "Pic Malaoui" ... dans le brouillard

Partager cet article
Repost0
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 12:24
Voici une petite présentation rapide de notre nouveau lieu de vie : Tontouta.
Tontouta se situe à 46 km de Nouméa. Elle est connu pour son Aéroport qui et à 200 m de notre « maison provisoire » (elle est habituellement réservée aux agents de l'Aviation Civile). Ce qui est bien pratique pour se connecter puisque nous n’avons pas d’abonnement internet. C’est une petite ville ! … tout est relatif… une ville ici est plus petite qu’un village chez nous ! Donc, Tontouta est plus petit que St André le Gaz !!! Et tout le monde se connaît ! C’est flippant ; surtout que les gens parlent beaucoup et tout le monde sait tout (ou croit tout savoir) … vous savez ce que c’est : la joie des petits villages ! Même à St André le Gaz je n’étais pas aussi connue ! Sinon c’est assez calme. Il y a en moyenne 2 avions par jour. Ça va. Ce n’est pas trop gênant pour un aéroport. Il y a 1 banque (Société Générale), 1 école, 1 pharmacie, 1 quincaillerie, l’OPT qui est l’équivalent des PTT chez nous avant que la Poste et France Télécom ne se distinguent l’une de l’autre, 2 superettes (dont 1 Super U), 2 pompes à essence, la Base Aéronaval pour les militaires et le Club de l’aviation Civil où travail Dan ! Bref, le strict minimum ! Il y a aussi plein de rando à faire dans le coin.
Nous sommes arrivés à Tontouta le 29/01. Heureusement, 10 jours plus tard, on a trouvé une voiture relativement potable. Il était temps. On va enfin pouvoir bouger ! C’est une Fiat Punto de 94, 115 000 km, à 1800€ achetée à un militaire. Ce qui est une affaire pour les calédoniens vu que ces derniers l’auraient vendu le double… le prix des automobiles est aussi hallucinant que le prix de l’immobilier (sachant que la Calédonie n’est que depuis peu touchée par la crise). Donc, avec notre nouvelle voiture, dès le lendemain, nous sommes parti dépenser des sous au marcher. Sur notre route, nous sommes passés devant chez un sculpteur caldoche chez qui nous n’avons pas hésiter à nous arrêter pour acheter nos premiers souvenirs. Une flèche Faitière avec un aigle. L’aigle est le symbole de Boulouparis, la première « ville » où nous avons logé à notre arrivée sur le caillou ; et un saladier en forme de tortue. Le stand de ce sculpteur est assez rudimentaire. C’est un faré avec à chaque angle un poteau sculpté, et sur l’étalage, une vingtaine de sculptures en bois toutes aussi belles les unes que les autres. J’adore ! Vous imaginez bien que le choix fût difficile, surtout qu’avec Dan, il faut toujours choisir vite ! Donc on a choisit une sculpture chacun. Le jour suivant, nous avons fait notre première rando, mais ça c’est une autre histoire…

Aéroport de Tontouta

Notre « maison provisoire »

Notre voiture Calédonienne

Nos premiers souvenirs

Le saladier rempli de pommes lianes

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 13:46

Samedi 10 janvier

Nous voila partit avec la voiture de Cécile a Yaté (dans le grand sud)

Nous allons dans un camping paradisiaque avec des palmiers à foisons, un calme très reposant et l’océan à nos pieds.

Nous posons notre tente au milieu des palmiers. C’était dangereux, mais on n’avait pas le choix. D’ailleurs, la deuxième nuit, on est passé non loin des chutes de branches et des noix de coco… Ca aurait pu nous faire très mal.

Le soir petit barbecue de gambas (et oui ici ce n’est pas cher), accompagné d’une cote de bœuf… soirée tranquille très agréable et paisible.

Le lendemain matin la randonné qui était prévu sera du coup annulée car Aurore ne voulait pas croiser sur sa route nos amies les araignées (il y en avait pleins et des grosses en plus).

Du coup on prend la voiture et on part en direction des chutes de la madeleine et du barrage de Yaté qui sont dans le parc de la rivière bleue.

Pique-nique à côté d’un creek (rivière en Calédonie) et petite baignade dans celle-ci.

Retour au camping en début d’après midi pour la sieste en ce qui me concerne…

Et le soir on a fini les restes de la veille (rien d’ouvert le dimanche).

Il faut savoir que Yaté est un village perdu au milieu de nul part où il n’y a strictement rien.

C’est ce qui fait le charme de la Calédonie (bcp d’endroit sont très peu habités).

Le lundi matin réveil tôt, et départ pour Nouméa pour aller récupéré Cécile pour que l’on puisse monter à Koné ensemble (merci Cécile nous sommes vraiment des sangsues)

Nous aurons passé un week-end très reposant et magnifique pour les yeux.

Le grand sud et vraiment à faire.

En ce qui me concerne la prochaine fois j’irais certainement en vélo.

A bientôt à tous pour nos prochaines aventures en terre kanak

Notre tente au milieu des cocotiers et des farés

Barbecue de crevettes (grosses comme des gambas)

Araignée grosse comme une feuille

Dan avant le pique-nique à la rivière

Paysage de Yaté

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:18

Cette journée fût fantastique.

On avait RDV à 8h à « Locajet » à Nouméa. On était un groupe de 24 personnes, à raison de 2 par jet.

Petit briefing accompagné d’un café. Ils ont prêté combi et lunettes à ceux qui n’en avaient pas… j’en faisais parti. On a décollé vers 9h de Nouméa.

Nous sommes parti en 2 groupes guidé par un mono par groupe. Des monos de jet ski mignons tout plein comme on les imagine (Un blond et un brun)… si vous voyez ce que je veux dire… n’est-ce pas les filles ?!

Tous va bien, on fille direction l’îlot maître, un îlot où il n’y a que des cabanes sur pilotis, très joli. Vu que les jets ski ne sont pas autorisés à se poser sur cette îlot, nous l’avons regardé de loin, mais suffisamment prêt pour en apprécier les rivages. Puis nous continuons vers le milieu du littorale pour accéder à des fonds marins superbes… mais en chemin, Dan, qui conduisait à 70 km/h, a pris une vague sur le côté gauche du jet (sachant qu’un jet va au maxi à 80 km/h) et nous voilà dans l’eau ! En fait, Dan voulais redresser le jet ski mais ne pouvait pas, alors, moi qui était accroché à lui comme un koala, j’ai sauté et je l’ai emmené avec moi  pour éviter que je jet ne se retourne sur nous. Je vous laisse imaginer le vol plané qu’on a fait… ça secoue ! Le mono nous rejoint. Rien de cassé… j’ai juste perdu les lunettes. On remonte sur le jet… direction les fonds marins. Sur site plusieurs d’entre nous ont plongé avec masque et tuba, dont Dan qui c’est régalé à prendre des photos avec l’appareil jetable étanche qu’on avait acheté la veille. Puis on est reparti en file indienne pour longer la barrière de corail… et arriver au phare Amédée. C’était magnifique !

Arrivé au phare vers 11h. Une plage de sable et blanc chaud, avec parasols en paille et plein de tables dressées sous une immense paillote. Il y avait plein de gens qui eux était venu en bateau croisière ou en voiliers ; mais l’îlot est suffisamment grand pour tout le monde.

Première action, on quitte les combis et on se jet à l’eau… TROP BON !

Midi, on se met à table. Alors tenez vous bien : cocktails à volonté, vin rouge français en prime, buffet à volonté, avec crevettes, salade de poisson froid, dessert local, etc.… Et pendant tout le repas il y avait des danseuses tahitiennes et des musiciens qui nous ont offert un très beaux spectacle sur des airs de youkoulélé… et ils invitaient des touristes à participer. Avec Dan, on c’est regardé et on espérait tout deux ne pas être choisit… Ouf… nous ne fûmes pas choisit. À la fin du repas, on se décida à visiter le phare mais, à ce moment, un photographe est venu vers moi pour me demander de servir de modèle pour qu’une des tahitienne fasse une démonstration pour expliquer les différentes techniques pour mettre un paréo. J’ai dis oké en me disant que tant que je n’aurais pas à danser, il n’y avait pas de problème. Pas de bol : à la fin du mini défilé, il a fallu danser… Aïe… Heureusement ce fût très simple et très court ; Mais très sympa, en même temps !

Donc, nous revoilà parti pour monter les je n’sais plus combien de marches du phare. Et là, un panorama superbe, magnifique, idyllique… bref, je ne trouve pas le mot juste. On s’en ai tout simplement pris plein la vu !

On redescend pour repiquer une tête avant de préparer notre retour.

Donc, petit briefing de nouveau. Le mono explique que c’est nous (tous les jets skieurs) qui donnons l’allure ! Et voilà mon Dan parti au taquet… on était les seules à suivre le mono ; tout les autres voulais rentrer « tranquille ». Je n’arrêtais pas de dire à Dan de ralentir car la mer était plus agitée qu’à l’aller, et ce n’était pas une course. Et Dan me répondait : « mais non, on ne va pas vite, tout va bien »… genre, fais pas ta chochotte ! En attendant, tout les autres étaient loin derrière.  En plus, quand t’es derrière le conducteur, tu t’en prends plein la gueule (de la flotte, je n’avais plus de lunette) et tu secoue dans tout les sens… On a failli benner une dizaine de fois ! Je vous laisse imaginez comment je rêvais de le piler sur place ; et j’avais hâte de mettre un pied à terre. La prochaine fois, je montrais derrière un moins nerveux ! Même le mono lui a demandé s’il était pressé de rentrer ! Car il n’était jamais rentré aussi vite avec des touristes !

Bref nous sommes arrivés entier… et nous avons passé une très bonne journée…

Aujourd'hui courbatures de folie
On marche comme Marat... tout raide...


Un des îlots que nous avons croisé en jet

Les danseuses tahïtiennes

Un danseur de feu

Les danseuses avec un touriste

La plage du phare Amédée

Petite danse après le défilé

Le phare

La plage vu du haut du phare

Nous

L'intérieur du phare

Dan...

... Et moi...
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 12:13

L’année 2009 commence bien. Pour notre 2e jour à Nouméa, nous sommes partis en ville à la recherche d’un téléphone portable car Dan a jeté sa carte sim avant de débloquer son portable pour mettre une carte d’ici. Sacré Dan… On a tourné plus d’une heure avant de trouver un magasin de téléphonie ouvert. Et oui ici aussi ils font le pont… Sauf les asiatiques qui ne fêtent pas le jour de l’an… Enfin… pas le même ! On en a trouvé un simple à 50€ ! Ouf sa nouvelle carte marche (pour info son tel : 80 08 97 précédé de l’indicatif pour ceux que ça intéresse).

Ensuite on est allé au marché, où, devinez quoi… on a rencontré Etienne l’ex à Claire ! Hallucinant ! Le monde est vraiment petit ! On part aux antipodes et on y croise des gens qu’on a rencontré à St André le Gaz… c’est OUF !

Nous avons acheté plein de fruits (attention, ici ils sont tellement sucrés qu’ils font grossir), et du poisson que l’on a pu savourer cru à la méthode tahitienne mariné au lait de coco… Trop bon !

Demain nous allons au phare Amédée en jet ski avec Cécile. C’est un petit îlot paradisiaque avec des fonds marins plus bleu qu’une piscine… c’est une réserve naturelle protégée !

Nous pouvons nous offrir ce petit plaisir grâce à vous tous qui vous êtes cotisé pour nous faire un cadeau de départ. Nous vous en remercions mille fois. Ça nous touche beaucoup.

Nous vous ferons partager notre excursion très prochainement avec plein de belles photos.

Gros bisous et merci encore

Ps de Dan : pelez vous bien le cul en métropole ; on vous attend tous quand vous voulez

 

poisson vu dans le port de Nouméa

 

Place des cocotiers au grand parc de Nouméa

Vue de la terrasse de Fred

Port Plaisance à Nouméa vu de chez Fred
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 10:03

Bonne année à toutes et à tous. En espérant que vous avez passé de bonnes fêtes…

Notre jour de l’an à nous fut fixé 2 jours plus tôt ; Au départ on devait être, avec JP et Marie-Ambrym, invité dans une grande propriété Caldoche avec une cinquantaine de personnes aussi étranges les unes que les autres… On devait planter la tente dans un coin tranquille sachant qu’il aurait été difficile de dormir !  

JP juge c’est idée trop « dangereuse » pour des Zoreilles fraîchement débarqués, alors il nous propose de faire le jour de l’an avec lui au Club de para de La Foa ; Pas de bol : cette année le club ne prévoit rien !

Info de dernière minute : Marie-Ambrym doit garder la maison d’un copain dans un « quartier populaire » nommé « la vallée du tir » où elle prévoit de faire la fête en petit comité. (La vallée du Tir est à Nouméa ce que les banlieues sont à la métropole). Ne sachant pas cela, Dan et moi acceptons avec plaisir. Il faut dire que pendant notre séjour à Koné (plus mort que St André le Gaz) nous étions coupés de la civilisation, et Dan devenait intenable !

Bref, la soirée c’est finalement très bien passé et à aucun moment nous avons eu des soucis ; En fait, nous avons trouvé que le quartier n’était pas aussi terrible qu’on nous l’a expliqué le lendemain.

La maison était en « demi-lune » c'est-à-dire avec un toit rond (maison en kit importé par les américains en l’an je n’sais plus combien…) Maison sympa et fonctionnelle avec un jardin rempli de bananiers en fleurs ainsi qu’une belle terrasse de laquelle nous avions une vue superbe.

Nous étions 6 au final. Soirée barbecue comme on les aime… avec bières à volonté ! JP est le premier à être tombé de sommeil à 1h du mat ; moi à 2h et les plus bringueurs à 4h… Un réveillon réussi…

Le lendemain on c’est levé entre 8h pour JP, 8h30 pour moi et 10h pour Dan et Marie-Ambrym. Nous avions un soleil superbe avec 38°C.

En milieu d’après midi, JP nous a emmené chez Fred (un copain d’Harold que nous avons rencontré en France). Dan à été taper la balle avec lui pendant que j’ai eu le plaisir de faire une ballade en moto le long du littoral avec sa copine. Journée bien remplie.


Soir du réveillon: notre prémier couché de soleil

Marie-Ambrym et JP

Dan, comme d'hab, qui s'occupe du barbuc

Marie-Ambrym, Jp, Moi, Dan, Jean-Paul... et Edite la copine de Jean-Paul prend la photo

JP à 1h du mat

Maison demi-lune

Petit dèj en plein cagnard

Kuendu Beach au bord du littoral (ballade en moto)
Partager cet article
Repost0